Manque de confiance en soi que faire – test pour l’enfant

Le manque de confiance en soi n’est pas l’apanage de l’adulte. Il commence en général pendant l’enfance ou l’adolescence. Il y a des signes qui ne trompent pas et devraient vous alerter immédiatement en tant que parent.

Sachez reconnaître ces signes et aider votre enfant à avoir confiance en lui le plus tôt possible.

 

Les signes du manque de confiance en soi chez l’enfant

Il existe des signes révélateurs d’un manque de confiance en soi profond chez les adultes. Certains de ces signes sont aussi notables chez l’enfant.

Parmi ces signes, on retrouve le rougissement, le bégaiement, le bredouillement en présence des autres, l’incapacité de choisir, mais aussi l’arrogance et la vanité.

N’oublions pas non plus le fait de tout savoir et de toujours être le seul à avoir raison. Certes, à l’âge de 3 ans, votre enfant ne rougira peut-être pas encore assez pour le définir comme un signe de manque de confiance en soi. Cependant, il pourrait le remplacer par une crise d’angoisse ou des larmes.

 

Comment reconnaître le manque de confiance en soi de votre enfant ?

Le manque de confiance en soi d’un enfant se manifeste bien souvent lors d’un changement de situation, comme un déménagement ou un transfert dans une autre école.

C’est aussi à la cour de récréation qu’on reconnaît le plus un enfant avec une faible estime de soi. Il cherchera le plus souvent l’isolement et évitera la confrontation avec les autres.

C’est pourquoi il ne s’inscrit jamais à une activité collective scolaire ou parascolaire. Dans le cas contraire, il peut aussi être vantard et agressif pour toujours se défendre des autres.

 

Que faire face à ce manque de confiance en soi ?

Pour aider son enfant à avoir confiance en lui, le parent devrait reconnaître ses compétences et ses valeurs, encourager sa curiosité et lui apprendre le droit à l’erreur.

En pratique, on peut aussi lui confronter aux faits tout en le rassurant et en le soutenant dans sa progression. On peut lui donner des exercices à faire dans la vie quotidienne. Un « aujourd’hui, tu dois saluer au moins un élève de ta classe » pourra aider un timide.

Votre enfant peut aussi suivre la formation donnée par Camille Rochet sous une durée de 7 jours. Elle coûte beaucoup moins chère que la consultation directe d’un psychologue ou le suivi d’une autre thérapie. Votre enfant n’en sortira que gagnant face à son mal-être.